Collecte de don pour venir en aide au famille des Sasna Tzerer

ARTUR SARGSYAN, « LE PORTEUR DE PAIN », EST MORT LE POUVOIR EN PLACE EN REPUBLIQUE D’ARMENIE EN EST DIRECTEMENT RESPONSABLE LES INSTITUTIONS REPRESENTATIVES AUTOPROCLAMEES DE LA DIASPORA EN SONT INDIRECTEMENT RESPONSABLES PAR LEUR SILENCE

artur sargsyan 323 250

Ainsi, « le porteur de pain » (« hats perogh »), est décédé jeudi 16 mars 2017 à 15h (heure de Yerevan). Cet homme avait bravé au péril de sa vie les barrages de police le 26 juillet 2016 pour aller porter des vivres aux insurgés (« Sasna Tsrer ») qui avaient pris d’assaut et tenu le siège d’une caserne de police en plein centre de Yerevan du 17 au 31 juillet.

Artur Sargsyan avait décidé de rester auprès des membres du commando, jusqu’à leur reddition le 31 juillet. Emprisonné à cette date puis inculpé à son tour de participation à l’opération armée, il avait été libéré le 30 décembre 2016, suite à une intervention de ses avocats auprès de la Cour européenne des droits de l’homme. La Cour, alarmée par son état de santé, l’avait jugé incompatible avec sa détention.

Mais les autorités judiciaires arméniennes ont de nouveau remis Artur Sargsyan en détention préventive le 9 février 2017 pour deux mois sous un prétexte fallacieux. Il démarra une grève de la faim jusqu’à sa libération le 6 mars à la suite d’une mobilisation de tous les partis présents au Parlement, à l’exception remarquée du Parti Républicain (majorité présidentielle), et en contrepartie d’une caution payée par la délégation de parlementaires qui s’était rendue auprès du Procureur.

Cette mort est l’aboutissement tragique des actes arbitraires d’un pouvoir exécutif exsangue et contesté, qui dirige le pays au mépris des opinions et des droits et libertés de ses citoyens, en le rendant chaque jour plus pauvre économiquement et plus faible politiquement sur la scène internationale.

L’acte, certes illégal, des « Sasna Tsrer » était l’expression du désespoir de cette population arménienne, et notamment de celle des vétérans de la guerre du Karabakh dans les années 1990. Ils souhaitaient que leur avis soit entendu dans le processus de négociation en cours. La population avait eu un élan de sympathie pour ces hommes. Artur avait décidé de marquer sa sympathie par un acte de bravoure. Cet acte d’humanité avait fait d’Artur un symbole auprès du peuple.

Les autorités politiques et judiciaires de la République d’Arménie sont directement responsables de la mort d’Artur Sargsyan. La santé fragile de ce vétéran de la guerre du Karabagh les obligeait à respecter les principes de nécessité et de précaution avant toute détention. Ils ont violé ces obligations.

Le Procureur Général et la Ministre de la Justice doivent démissionner.

Au-delà des membres du commando des « Sasna Dzrer », dont la santé de certains est chancelante, il y a aussi quelques 30 prisonniers politiques détenus arbitrairement ou condamnés à des peines de prison abusives.

Le régime va-t-il continuer à mettre en prison toutes les voix qui s’élèvent pour faire cesser ce suicide organisé !

Les institutions représentatives autoproclamées de la diaspora sont également responsables de la mort d’Artur par leur silence. Le seul combat qui vaille est celui de défendre et de protéger le bien plus précieux de la Nation arménienne : son foyer national et ses habitants. La sécurité et l’avenir de l’Arménie et de l’Artsakh ne seront possibles qu’à cette condition.

Si ces représentants autoproclamés ne le comprennent pas, alors ils doivent partir.

Et que dire de la faillite morale et humaniste de nos hauts représentants religieux. Ni la voix d’Etchmiadzin, ni la voix d’Antelias n’ont été entendus pour sauver Artur Sargsyan de la mort.

En ce jour de tristesse et de profonde émotion, nous, signataires du présent communiqué, demandons la libération de tous les prisonniers politiques et appelons la population à ne pas vendre ses voix aux élections à venir.

Ainsi, le sacrifice d’Artur ne sera pas vain. C’est un appel à la conscience.

Paris, le 17/03/2017

Signataires :

Assembly of Armenians in Europe
Armenisch-Akademischer Verein 1860 e.V. (Allemagne)
Comité de soutien aux prisonniers politiques en Arménie (France)
Renaissance Arménienne (France)
Renaissance Arménienne (Belgique)
Charjoum (France)
Groupe des Cent (France)
Coopération Arménie (France)
Hayasa (France)
Azat Dzayn (France)
Nor Zartonk Europe (Turquie)
Policy Forum Armenia (États Unis)
Justice for Armenia (Londres)

Nom
Mail

République indépendante du Haut-Karabagh