Beaucoup d'encre coule désormais sur le référendum présidentiel en Turquie. La réforme constitutionnelle que veut mettre en place le Président turc Recep Tayyip Erdogan lui permettrait d'obtenir des pouvoirs qui sont traditionnellement réservés au Premier Ministre, poste qu'il ne peut plus exercer car déjà effectué jusqu'à la limite maximum. Une campagne est mise en place, loin d'être gagnée d'avance pour un camp comme pour l'autre. Des représentants du gouvernement turc ont cherché à faire des meetings dans plusieurs pays d'Europe, où l'autorisation leur a été refusée, voire l'entrée même sur le territoire : Autriche, Allemagne, Pays Bas... Ces différents refus ont amené à un pic de tension entre la Turquie d'Erdogan et l'Europe. Les refus répétés ont d'ailleurs « radicalisés » certains turcs qui ne savaient que voter, et qui disent désormais qu'ils voteront en soutien à leur Président, pour protester contre l'Europe.

La situation présente un enjeu important dans la relation de la Turquie à l'Europe. L'AKP fait de très bons scores dans les communautés émigrées, d'où la volonté de faire des meetings en Europe. La France, l'Allemagne, la Belgique, les Pays Bas, l'Autriche accueillent d'importantes communautés turques, qui sont autant de voix à conquérir. Les affrontements entre factions politiques et entre Turcs et Kurdes se multiplient en Europe, via des manifestations, des intimidations (par exemple sur les journalistes du media Zaman en Belgique), une surveillance accrue (avec l'exemple de l'université de Zurich) et récemment par des actes de violence à Bruxelles devant l'ambassade de Turquie en Belgique. C'est donc un réel enjeu de sécurité pour l'Europe.

erdogan

Les citoyens turcs vivant en Europe devront voter dans des lieux pro-Erdogan, quand la démocratie n'est en réalité qu'une mascarade.

Le 16 avril, les citoyens turcs vivant en Europe sont appelés à voter au référendum constitutionnel qui vise à renforcer les pouvoirs du président Erdogan.

Mais, les lieux habituels de vote ont été changés. Les votants devront se déplacer dans des lieux appartenant au Diyanet (ministère turc du culte musulman) et à son officine européenne, la DITIB.

La DITIB (Diyanet Işleri Türk-Islam Birliği- Union des Affaires Culturelles Turco-Islamiques) est un organisme public de l'Etat turc, rattaché au Diyanet. Créé dans les années 1980, il a pour objectif d'organiser les communautés turques vivant en Europe et de conserver une emprise étatique sur elles, par le biais de la religion. La DITIB est donc en charge de la gestion des mosquées turques en Europe, de lieux culturels et d'écoles turques.

La DITIB est en pleine expansion ces dernières années et multiplie les constructions de centre religieux. Elle a ainsi construit un immense complexe à Décines (69), pour les turcs de la Région Rhône-Alpes et s'attelle à la création d'une faculté islamique à Strasbourg.

A noter que le Diyanet et la DITIB organisaient les manifestations anti arméniennes qui se sont déroulées à Paris en 2011 et 2012.

Collecte de don pour venir en aide au famille des Sasna Tzerer

ARTUR SARGSYAN, « LE PORTEUR DE PAIN », EST MORT LE POUVOIR EN PLACE EN REPUBLIQUE D’ARMENIE EN EST DIRECTEMENT RESPONSABLE LES INSTITUTIONS REPRESENTATIVES AUTOPROCLAMEES DE LA DIASPORA EN SONT INDIRECTEMENT RESPONSABLES PAR LEUR SILENCE

artur sargsyan 323 250

Ainsi, « le porteur de pain » (« hats perogh »), est décédé jeudi 16 mars 2017 à 15h (heure de Yerevan). Cet homme avait bravé au péril de sa vie les barrages de police le 26 juillet 2016 pour aller porter des vivres aux insurgés (« Sasna Tsrer ») qui avaient pris d’assaut et tenu le siège d’une caserne de police en plein centre de Yerevan du 17 au 31 juillet.

Artur Sargsyan avait décidé de rester auprès des membres du commando, jusqu’à leur reddition le 31 juillet. Emprisonné à cette date puis inculpé à son tour de participation à l’opération armée, il avait été libéré le 30 décembre 2016, suite à une intervention de ses avocats auprès de la Cour européenne des droits de l’homme. La Cour, alarmée par son état de santé, l’avait jugé incompatible avec sa détention.

hats

Conditions de détention inhumaines en ArménieArtur Sargsyan est devenu pour tous les Arméniens « le porteur de pain », depuis qu’il a, le 26 juillet 2016, forcé un barrage de police au volant d’un camion de nourriture en soutien au groupe des « Sasna Tsrer » qui occupait la caserne de police Erebouni du 17 au 31 juillet.

Artur Sargsyan avait décidé de rester auprès des membres du commando, jusqu’à leur reddition le 31 juillet. Emprisonné depuis, inculpé à son tour de participation à l’opération armée, il avait été libéré le 30 décembre 2016 en raison de son état de santé incompatible avec la détention : ce vétéran de la guerre du Karabakh, blessé à plusieurs reprises, souffre de maladies invalidantes, et son dossier médical avait alerté la Cour européenne des Droits de l’homme, laquelle avait soumis aux autorités arméniennes une liste de questions le concernant. Artur Sargsyan une fois libéré, ses avocats avaient retiré leur requête auprès de la CEDH de Strasbourg. Le juge ayant mis fin à sa détention préventive, il reste cependant inculpé.

K3 187 250Dans la nuit du jeudi 3 au vendredi 4 novembre 2016, 8 députés et les coprésidents du HDP (Parti démocratique des peuples) ont été placés en détention en Turquie. Ces arrestations injustifiées ont été accompagnées de mandats d’arrêt à l’encontre d'un grand nombre des 59 députés du HDP.

C'est avec une vive colère que nous dénonçons et condamnons cette offensive dictatoriale de l’Etat turc menée par le président Erdogan et ses services de police. Après s’en être pris aux juges, aux enseignants, aux professeurs d’universités, aux journalistes indépendants et à tous ceux qui aspirent à plus de liberté et de justice, les autorités répriment désormais les représentants du peuple démocratiquement élus. Par cette répression qui cible les représentants pacifiques du HDP qui ont été portés au parlement par 6 millions d'électeurs, Erdogan tente d'anéantir toute issue politique aux revendications des minorités.

C’est parce que cette rafle nous révolte que notre voix se joint à celles des peuples en lutte, soyons solidaires avec celles et ceux qui résistent face à l’obscurantisme et au fascisme.

 

Nom
Mail

République indépendante du Haut-Karabagh